Les garçons au vent / Roxane Nadeau

$15.00

''Les garçons au vent'', ce sont ces étreintes qui, comme les tortures, souhaitées ou non, reviennent toujours, au rythme des marées et de leurs rives, quand  se « débattre rend possible l'exil ».  Ce dernier est en soi et pour soi d'abord, puis tourné vers les autres, à notre responsabilité vis-à-vis de leur passé dans lequel il faut bien se reconnaître en « un rôle peu glorieux ». Une mère « fermière de la mort » abandonne un enfant au centre commercial: de cet enfant nous suivrons les maintes tentatives d'étreintes, toutes se butant aux fausses issues dans ce Rimouski-pensionnat, ce « poison qu'est [l]a ville » fondée sur la violence et l'automatisme religieux, ce refuge où de multiples fantômes et énigmes irrésolues pullulent sous forme de bûchers. Il y aura l'homme à l'appareil photo « qui sème le désordre et [l]e résou[t] à son goût », c'est-à-dire à l'état d'objet; la sorcière Sainte Luce rencontrée sur l'île Canuel, quant à elle, l'aidera, « à persévérance de mues», à être  cette « fille en série que les dommages fondent distincte ». Quittant le théâtre de ses baptêmes, elle en appelle à « l'amnistie aux rives qui se toisent » en allant sur la Côte-Nord rencontrer trois figures d'une « famille paratonnerre ». Voilà donc un singulier récit de transition qui transfigure un passé de manière poétique en agrandissant sans cesse le territoire de sa fiction. Un récit féminin au je qui déborde de l'individu et ne cherche à esquiver ni la position de victime ni celle d'agresseure en ce que nous sommes tous et toutes traversé-e-s par des rapports de domination: le déséquilibre devient dès lors une riche remise en question de nos gestes et paroles.

Demeurent trop de ces mots qu'on a oubliés, ou qui n'ont peut-être jamais existés, pour décrire la pluie ou une cage vide. Tous ces mots pour en finir avec les garçons au vent qui ne savent, eux, que chanter.

BIOGRAPHIE

Née Rimouskoise, Roxane Nadeau s'est rendue à la métropole pour poursuivre son apprentissage en littérature. En parallèle, elle a cofondé le groupe LGBT La Réclame. Son mémoire en création littéraire, toujours en rédaction à l'UQAM, porte sur l'entrée des femmes trans dans le discours public qui s'est déroulée par les autobiographies et biographies. Sa démarche artistique: faire voir les injustices, mais faire quelque chose avec. Les garçons au vent est son premier livre.

***LE PRIX INCLUT LES FRAIS DE POSTE, VEUILLEZ NOUS FOURNIR VOTRE ADRESSE POSTALE***