Sabotart

Sabotart fut fondé à Montréal en 2006 et, bien que voué à la littérature, à la théorie esthétique et aux arts visuels, en est venu à élargir son catalogue avec des essais sur le mouvement étudiant et la théorie révolutionnaire. Le collectif d’édition de Sabotart opère à partir d’une position critique libertaire, et s’organise sur un mode autogéré dans lequel les auteur-es collaborent activement au processus d’édition. Sabotart compte près d’une dizaine de publications à son actif, notamment Histoire du mouvement étudiant de 1983 à 2006 de Benoît Lacoursière (2007), La joie de la révolution, de Ken Knabb (2008) – qui demeure à ce jour la seule publication du traducteur américain de Guy Debord – et Brèches, de Raphaël Hubert (2012). Sa plus célèbre parution, On s’en câlisse. Histoire profane de la grève, du Collectif de Débrayage (2013), a obtenu un succès retentissant qui vint réaffirmer une fois de plus la pertinence d’une petite maison d’édition artisanale et radicale souhaitant donner une voix à ceux et celles qui désirent lutter par leur plume.